Les oracles ou la voyance de l’antiquité à nos jours

mercredi 30 juin 2010
Par André

Les oracles ou la voyance de l’antiquité à nos jours
L’art de la divination existe depuis des siècles… Dans l’antiquité, ceux qui bénéficiaient du don de voyance étaient appelés des oracles. Ces prophètes étaient des intermédiaires entre les dieux et les mortels. On les consultait à titre personnel, pour connaître le futur ou avant de prendre une décision de grande importance. Les oracles ont fait partie intégrante de la religion et de la culture grecque et romaine, avant l’avènement du christianisme.

Les oracles et la voyance dans l’antiquité
À l’origine, l’oracle désignait seulement la réponse donnée par le dieu. Par extension, l’oracle est devenu la personne qui reçoit le message divin et le transmet aux mortels. L’oracle peut également définir le lieu consulté lors de la séance de voyance. La consultation d’un oracle correspond en effet à un rite très codifié (lieu, culte, sacrifices précis…). Dans l’antiquité, on appelait cet art de la divination la mantique. Les grands dirigeants grecs s’en servaient avant de prendre une décision, pour éclairer une affaire ou pour connaître leur avenir. La Grèce antique constitue le lieu d’origine le plus connu du mythe des oracles.

Voyance : du mythe à la définition actuelle des oracles
De nombreux noms de devins ont marqué la mythologie grecque. Parmi les plus connus, on peut citer Tirésias, Zeus, Calchas ou encore de l’oracle de Delphes. En littérature, ces oracles représentaient souvent un personnage à part entière, à l’instar de Tirésias et de l’oracle de Delphes dans Œdipe Roi, la tragédie de Sophocle. À l’heure actuelle, la consultation d’un oracle recouvre tout autant le message transmis au médium que le support utilisé pour les prédictions (cartomancie, pendule de voyance, boule de cristal…). Il existe par ailleurs un jeu de cartes utilisé en cartomancie, l’oracle de Belline, le plus connu en la matière.

Les oracles ou la voyance de l’antiquité à nos jours

L’art de la divination existe depuis des siècles… Dans l’antiquité, ceux qui bénéficiaient du don de voyance étaient appelés des oracles. Ces prophètes étaient des intermédiaires entre les dieux et les mortels. On les consultait à titre personnel, pour connaître le futur ou avant de prendre une décision de grande importance. Les oracles ont fait partie intégrante de la religion et de la culture grecque et romaine, avant l’avènement du christianisme.

Les oracles et la voyance dans l’antiquité

À l’origine, l’oracle désignait seulement la réponse donnée par le dieu. Par extension, l’oracle est devenu la personne qui reçoit le message divin et le transmet aux mortels. L’oracle peut également définir le lieu consulté lors de la séance de voyance. La consultation d’un oracle correspond en effet à un rite très codifié (lieu, culte, sacrifices précis…). Dans l’antiquité, on appelait cet art de la divination la mantique. Les grands dirigeants grecs s’en servaient avant de prendre une décision, pour éclairer une affaire ou pour connaître leur avenir. La Grèce antique constitue le lieu d’origine le plus connu du mythe des oracles.

Voyance : du mythe à la définition actuelle des oracles

De nombreux noms de devins ont marqué la mythologie grecque. Parmi les plus connus, on peut citer Tirésias, Zeus, Calchas ou encore de l’oracle de Delphes. En littérature, ces oracles représentaient souvent un personnage à part entière, à l’instar de Tirésias et de l’oracle de Delphes dans Œdipe Roi, la tragédie de Sophocle. À l’heure actuelle, la consultation d’un oracle recouvre tout autant le message transmis au médium que le support utilisé pour les prédictions (cartomancie, pendule de voyance, boule de cristal…). Il existe par ailleurs un jeu de cartes utilisé en cartomancie, l’oracle de Belline, le plus connu en la matière.

Tags: , , ,

Laisser un commentaire